Sauter le menu général

Comprendre les miracles de la guérison

Jesus Christ at the Pool of Bethesda

Je suis né avec une maladie congénitale appelée spondylolisthésis: une affection dans laquelle un ou plusieurs os de la colonne glissent sur l’os ou les os en dessous.  Cela peut causer de la douleur intense, de l’engourdissement, de la faiblesse et des mouvements restreints.  Ma première opération eut lieu en 1968 à l’âge de 15 ans.  Pendant cette chirurgie de huit heures, les médecins firent une fusion vertébrale pour arrêter le mouvement vers l’avant de deux de mes vertèbres inférieures.  Après huit semaines d’hospitalisation, mon rétablissement fut infructueux.  Ils durent refaire l’opération l’année suivante, ayant comme résultat un succès raisonnable.

Une troisième opération fut nécessaire à l’âge de 21 ans,  J’étais marié et j’avais un enfant.  Cette chirurgie arrêta la maladie, mais ne créa pas une ouverture lisse pour les racines nerveuses.  En conséquence, j’avais énormément de douleur dans le bas du dos et les jambes, ce qui m’obligea à utiliser de grandes quantités de stupéfiants sur ordonnance.  Mon père espérait que je reprenne un jour l’entreprise de fabrication d’acier sur mesure qu’il avait commencé, mais plus je travaillais, plus je devais prendre de médicaments.  J’espérais voir un changement.

À l’âge de 24 ans, un ami de la famille invita ma famille à rencontrer les missionnaires de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours.  Après six ou sept semaines, nous avons été baptisés.  Quand j’appris que la prêtrise pouvait donner des bénédictions pour la santé et pour le réconfort (Doctrine & Alliances 35:8-9) , j’ai demandé à mes instructeurs au foyer de venir chez moi.  Ils m’ont béni que je serais capable de « gérer ma situation correctement ».  Ce n’était pas la bénédiction que je voulais.  Après quelques années, j’ai demandé une autre bénédiction de la prêtrise, mais j’ai reçu une bénédiction similaire.  J’étais plus qu’un peu déçu : je voulais être guéri.

Miracles of Priesthood blessings

Lorsque mon médecin de famille m’informa  à propos d’une nouvelle clinique dans une autre ville qui s’occupait que de personnes souffrant de douleurs chroniques sévères, j’eus de la difficulté à attendre pour m’y rendre.  Après quelques semaines, j’ai pu rencontrer l’infirmière d’accueil et discuter avec elle de tous les détails de mon malaise.  Après trois heures de discussion, elle m’a regardé et m’a informé que les programmes de la clinique ne pouvaient m’offrir aucun traitement.  Elle m’a expliqué : « Vous n’abusez pas de prescriptions d’ordonnance, de drogues illicites ou d’alcool; vous n’êtes pas abusif envers votre femme ou vos enfants (maintenant quatre enfants); vous fonctionnez bien socialement et ne souffrez pas de dépression; vous travaillez tous les jours et prenez soin de votre famille. »  Puis, elle conclut en disant : « Vous êtes déjà à l’endroit où nous voulons que nos candidats se retrouve à la fin de notre programme. »  J’avais le cœur brisé.

C’est alors que je me suis souvenu des bénédictions de la prêtrise que j’avais déjà reçues.  Mon Père céleste avait répondu à mes prières et m’avait donné l’aide dont j’avais besoin pour « faire face à ma situation correctement ».  J’ai alors compris le premier miracle vers ma guérison.

De nombreuses années passèrent, et la douleur dans mon dos empirait à chaque jour.  Comme je fréquentais le collège des enseignants de l’Université de Western Ontario, mon médecin et moi avons convenu que je prenne assez de médicaments pour éliminer 60% de la douleur et que cela ne nuise pas à ma capacité académique.  J’ai pu commencer une nouvelle carrière dans l’enseignement secondaire.  Après mon premier jour, je me suis dit : « Wow! quel travail merveilleux. »

Au fil du temps, la douleur augmenta à un tel point que je ne pouvais plus la supporter.  Je m’écroulais dans les couloirs de l’école et dans mes cours.  Cela devint tellement intense que je dus quitter l’enseignement.  Je suis retourné voir mon médecin et je lui ai demandé une autre opération.  En raison de la quantité de tissu cicatriciel accumulé autour des nerfs, il m’a dit qu’il était impossible de faire d’autres chirurgies.

J’étais dévasté.  Il ne me restait plus qu’à quitter le monde du travail pour cause d’invalidité permanente.  Ce n’était pas une chose facile à faire pour moi, puisque je croyais au travail acharné et je voulais prendre soin de ma famille.  Au fil du temps, j’ai dû utiliser une canne et parfois un fauteuil roulant pour me déplacer.  Dans mon cœur, je devenais de plus en plus amer au sujet de ma situation.

Quelques années passèrent, et je continuai à prendre mes médicaments d’ordonnance à chaque jour.  J’avais aussi de grandes quantités d’autres médications d’urgence que ma femme pouvait m’injecter au besoin.  C’était ma vie … je pensais.

Un matin, je me suis réveillé avec énormément de douleur.  Je pouvais à peine bouger.  Je me suis roulé hors de mon lit sur le sol et je me suis agrippé au lit pour me relever.  Utilisant ma canne, je me suis dirigé vers le salon où je faisais habituellement ma prière du matin.  Je pouvais à peine fonctionner.  Dans une partie de ma prière ce matin-là, je dis à mon Père céleste que physiquement et émotionnellement je ne pouvais plus supporter les énormes quantités de douleurs chroniques que j’avais endurées pendant 50 ans.  Je ne lui ai pas demandé de me les enlever.  Je lui ai juste avoué que je ne pouvais plus supporter ma douleur et mes doutes à propos de mon but dans cette vie.  Ensuite, ce fut comme allumer une lumière dans une pièce sombre.  Soudainement, je me tins debout dans la lumière.  LA DOULEUR AVAIT DISPARU!

Je voulais savoir ce qui s’était passé.  Puis, à travers l’inspiration, j’ai réalisé que je n’avais plus besoin de la douleur.  J’avais appris les leçons que j’avais besoin d’apprendre.  Il ne suffisait pas seulement de ne pas consommer de drogues ou d’alcool.  Ce n’était pas suffisant que je ne sois pas injurieux envers ma femme et mes enfants.  Ce n’était pas suffisant que je ne sois pas déprimé.  Le problème était que j’avais une mauvaise attitude envers mon prochain et c’est là que j’avais besoin de correction.  Je me suis souvenu que peu de temps avant cette prière, j’avais décidé de faire quelques ajustements au sujet de mon attitude envers les autres.  L’un de ces ajustements était de réaliser que chaque personne souffre pour quelque chose.  Le deuxième ajustement était que la plupart des gens font de leur mieux.  Peu importe que leur souffrance soit physique, émotionnelle, intellectuelle, spirituelle ou bien à propos d’un membre de leur famille.  Je ne devais pas juger; j’étais ici pour aimer et aider les autres (Matthieu 22 :39 *).  Mon Père céleste savait ce qui me fallait pour apprendre cette leçon.  Ma douleur avait été un outil utilisé pour faire de moi une meilleure personne.  Ce fut le deuxième miracle de ma guérison.

Après cette guérison, j’ai offert une vraie prière sincère, une prière profonde venant du cœur.  Mon Père céleste n’avait pas besoin d’utiliser mon handicap physique et ma souffrance pour m’apprendre l’importance de la prière.  Comme Elder Donald L. Hallstrom l’a enseigné « Bien que ce soit une bonne chose de prier et de faire ce qu’il faut pour être protégé et guérir physiquement durant notre existence mortelle, notre objectif suprême devrait être les miracles spirituels accessibles à tous les enfants de Dieu. »  (Donald L. Hallstrom Le jour des miracles a-t-il cessé?, Liahona 2017)

Elder Donald Hallstrom

Aujourd’hui, je ne prends rien contre la douleur.  Je peux faire ce que je veux, tout ce qui est approprié pour mon âge bien sûr.  Il m’a fallu beaucoup de temps pour apprendre les leçons qu’un homme têtu comme moi avait besoin d’apprendre.  Maintenant, j’essaie  davantage de comprendre mes frères et sœurs avec qui je partage cette terre.  J’ai un témoignage que Dieu vit.  Il ne désire rien de plus que de nous faire grandir et nous aider à nous développer, afin que nous puissions retourner vivre en sa présence.  J’ai aussi un témoigne que Jésus est le Christ et qu’il a un amour durable pour chacun de nous.  Alors, adoucissez vos cœurs et laissez-le vous guider et vous aider à travers cette vie.

*La Bible en français n’est pas disponible sur le site français de lds.org