Un athlète français traversera les États-Unis d’un océan à l’autre pour une cause

    André Eloumou courant dans le sud de l’Espagne après 2 400 kilomètres.
    André Eloumou courant dans le sud de l’Espagne après 2 400 kilomètres.

    Pour émigrer en France depuis le Cameroun en 1971, le père d’André Belibi Eloumou a mangé des tripes de mouton crues, a marché dans le territoire des lions en Afrique et a nagé douze heures. Pour honorer sa mémoire, André Eloumou parcourra les 5 771 kilomètres qui séparent New York de Los Angeles entre novembre 2019 et mars 2020.

    Quand on lui a demandé pourquoi il allait tenter un tel exploit, il a expliqué : « Je dédie cette course à mon père et, à une plus grande échelle, à l’immigration humaine. »

    Le voyage de son père a duré trois ans, coûté seulement cinquante euros et a demandé une grande foi en Dieu. André Eloumou explique que sa course, qui durera plus de cinq mois, exigera une détermination et une foi similaires. « Je sais que Dieu me permet de continuer et que ça va aller. »

    Après une course similaire de Cherbourg (France) à Rabat (Maroc), en 2018, André Eloumou a décidé de se lancer en Amérique et s’associera au Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Il explique : « Cette course s’appelle USA run on immigration parce que les États-Unis font campagne sur le thème de l’immigration. » Il cite comme exemples les immigrants européens, les esclaves, les Hispano-Américains et les Chinois ainsi que les premiers pionniers de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours.

    Des villes pionnières de l’Église, notamment Saint-Louis (Missouri) et Salt Lake City (Utah), feront partie de la centaine d’arrêts prévus pendant la course. André Eloumou dit qu’il a prévu ce parcours de cinq mois en hiver, car de nombreux pionniers ont marché dans la neige pour atteindre leurs destinations dans l’Ouest.

    Les parents d’André Eloumou se sont joints à l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours en 1978. Il se rappelle que son père était très religieux et est allé à l’église chaque semaine jusqu’à sa mort. L’engagement religieux de son père l’a inspiré et il s’en sert pour alimenter sa passion pour la course à pied.

    « J’ai reçu un don de Dieu… Je suis mordu d’exercice physique. Mais cela a peu d’importance, parce que votre condition physique n’est suffisante que jusqu’à un certain point. C’est là que Jésus-Christ intervient et fait le reste. J’ai peur, mais je continue, sachant que Dieu me protégera. » De plus, André Eloumou prévoit de ne pas courir le dimanche pour aller à l’église et animer des réunions spirituelles de motivation.

    Il encourage les gens à poursuivre leurs rêves. Il explique : « Si vous avez un rêve et si vous mettez votre foi en Dieu, tout est possible. L’opposition vous assaillira de tous côtés, mais vous devez persévérer. Une étape à la fois. Même si vous traversez des épreuves, continuez. »

    Tout le monde est invité à le rejoindre, à pied, à vélo ou en suivant sa progression sur les réseaux sociaux. Les participants peuvent suivre sa progression en direct sur la page Facebook Andre Extreme Runner.

    Une carte du parcours de 6 000 km et de cinq mois.
    Une carte du parcours de 6 000 km et de cinq mois.