Une dirigeante de l’Église parle de la protection des réfugiés et des minorités religieuses

    À Genève, sœur Eubank prend la parole aux Nations Unies

    Soeur Eubank aux Nations Unies

    Sharon Eubank, présidente de LDS Charities, la branche humanitaire de de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, faisait partie des orateurs principaux du deuxième Sommet mondial sur la religion, la paix et la sécurité, qui a eu lieu au siège des Nations Unies à Genève.

    Cette conférence de haut niveau, organisée par l’association internationale de la défense de la liberté religieuse et le bureau des Nations Unies sur la prévention du génocide et la responsabilité de protéger, a accueilli des discours sur l’intégration et contre la haine pour améliorer la protection des minorités religieuses.

    Sœur Eubank, membre de la présidence générale de la Société de Secours, l’organisation mondiale des femmes de l’Église, a souligné le rôle de la religion dans la société et mis l’accent sur le fait que les gouvernements devraient travailler avec les organisations religieuses.

    Soeur Eubank

    Elle a déclaré : « Des groupes religieux se chargeaient de l’instruction des jeunes, prenaient en charge les enfants et les personnes âgées, et procuraient des soins de santé bien avant l’existence de gouvernements séculiers. Nous devrions compter sur leur grande et profonde sagesse en matière d’éducation, de prise en charge des enfants et des personnes âgées, et de soins de santé.

    Suggérant que les objectifs de l’ONU, notamment en matière de développement durable, seront davantage atteignables si les Églises sont impliquées, elle a ajouté : « Ce partenariat donnera aux organisations religieuses des occasions de se rencontrer et de favoriser la tolérance et la collaboration entre les religions et les institutions séculières. »

    Elle a aussi ajouté que le meilleur antidote aux discours haineux, à l’intolérance et à la discrimination religieuse perpétrés par des groupes religieux, est une meilleure pratique de la religion. Sœur Eubank a conclu son discours, en déclarant : « La meilleure réponse à l’extrémisme islamique sera l’islam authentique, tout comme la solution à l’extrémisme chrétien sera le christianisme authentique.

    C’est une foi des plus profondes qui mettra en échec les versions déformées des croyances religieuses. »