Les occasions sont innombrables

    Message des dirigeants de l’interrégion

    Membres dans le couloir d'une église
    Alessandro Dini Ciacci
    Alessandro Dini Ciacci Soixante-dix d’interrégion

    Lorsque l’on me demande pourquoi j’ai décidé de faire une mission à plein temps après m’être joint à l’Église, je réponds que j’avais trouvé un trésor et que je voulais le partager avec les autres. La joie que l’Évangile rétabli de Jésus-Christ apporte à ma vie est la raison pour laquelle je ne me dérobe pas lorsqu’il s’agit de faire connaître l’Évangile aux autres et de les inviter à venir à l’Église avec moi.

    Dieter F. Uchtdorf, du Collège des douze apôtres, a dit : « Où que l’on se trouve sur la terre, il existe de nombreuses occasions de faire connaître la bonne nouvelle de l’Évangile de Jésus-Christ aux personnes que l’on rencontre, avec qui on étudie, on habite, on travaille ou que l’on fréquente[1]. »

    Récemment, lorsque ma femme, Sara, a eu un discours à donner lors de la réunion de Sainte-Cène, j’en ai parlé à ses amis et leur ai dit que Sara serait certainement très heureuse qu’ils soient présents pour la soutenir. Une de ses amies est venue avec son mari et ses enfants. Une invitation simple a permis à une amitié de se renforcer et à des personnes que nous aimons de venir à l’Église avec nous.

    En général, les gens s’intéressent sincèrement à nos croyances et ont envie d’en savoir davantage. Quentin L. Cook, du Collège des douze apôtres, a dit : « Le nouveau programme des réunions du dimanche donne aux membres une occasion exceptionnelle efficace d’inviter avec amour leurs amis et leurs collègues à venir voir et à ressentir ce qu’est l’Église[2]. »

    Au fil des ans, nous avons lancé de nombreuses invitations, demandant à nos amis et aux membres de notre famille de se joindre à nous pour assister à la présentation de la Primaire pour la Sainte-Cène, au baptême de nos enfants, aux réunions où nous chantions lors de l’intermède musical ou faisions un discours, aux veillées spirituelles ou à la visite d’une autorité générale, et nous avons également invité de nombreuses personnes chez nous pour la soirée familiale ou pour le repas lorsque nous avions les missionnaires.

    Les occasions sont innombrables. Nous pouvons inviter les personnes qui ne sont pas venues aux réunions de l’Église depuis longtemps ou un membre de la famille non membre à être présents lorsque nous recevons un nouvel appel ou peut-être même lorsque nous sommes mis à part. Nous pouvons inviter nos amis non membres à nous accompagner à la réunion de Sainte-Cène ou à l’École du Dimanche. Nous pouvons les inviter lorsque nous donnons une leçon ou si nous allons rendre témoignage à la réunion de Sainte-Cène. Nous pouvons même inviter nos amis à se joindre à nous pour un projet de service parrainé par l’Église ou à nous accompagner dans un hôpital ou une maison de retraite pour apporter notre soutien. Nous pouvons les inviter à prendre le repas chez nous après l’Église.

    Quelle que soit l’invitation, elle aura plus de chance d’être acceptée si nous prions pour les personnes que nous invitons, si nous recherchons l’inspiration concernant le genre d’invitation que nous allons lancer, si nous jeûnons et agissons en conséquence. Mais dans la plupart des cas, il n’est pas suffisant d’inviter. Nous devons faire des plans pour les personnes que nous invitons et les faire avec elles. Elles voudront savoir à quoi s’attendre ou auront peut-être besoin qu’on passe les prendre.

    Parfois, les personnes que nous devons aider à aller à l’Église sont celles qui nous accompagnent habituellement. Cela peut signifier que nous allons aider un membre de notre famille en lui préparant son petit-déjeuner ou en repassant sa chemise ou sa robe pour l’aide à gagner du temps afin d’être à l’heure. Cela peut également signifier que nous évitons les remarques négatives sur la réunion ou les personnes afin que les personnes que nous essayons d’aider puissent se concentrer sur les aspects positifs et trouver de la joie à venir à l’Église.

    Nous devrions inviter tout le monde, même les personnes qui, selon nous, ne viendront pas. Ce faisant, puissions-nous trouver le courage de lancer des invitations grâce à la promesse de Quentin L. Cook : « Si nous faisons preuve d’amour, de gentillesse et d’humilité, beaucoup accepteront notre invitation. Ceux qui choisiront de ne pas l’accepter seront toujours nos amis[3]. »

     


    [1] Dieter F. Uchtdorf, « L’œuvre missionnaire : faire connaître ce qui nous tient à cœur », Le Liahona, mai 2019.

    [2] Quentin L. Cook, « Un grand amour pour les enfants de notre Père », Le Liahona, mai 2019.

    [3] Ibid.