Comment accroître l’autonomie temporelle

    Message des dirigeants de l’interrégion

    Photo de Christopher Charles
    Christopher Charles, Royaune-Uni Soixante-dix d’interrégion

    Au Royaume-Uni, la nouvelle année fiscale débute le 6 avril. Par conséquent, en tant que consultant financier à la retraite, cette date a plus qu’une importance spirituelle pour moi. Je me souviens de la préparation nécessaire pour minimiser les dettes fiscales des clients et s’assurer que leurs affaires soient en ordre pour la nouvelle année fiscale. C’était un processus continu qui se déroulait tout au long de l’année, qui requérait des efforts concertés et beaucoup de préparation.

    De la même manière, l’autonomie temporelle nécessite de la préparation et n'est pas un processus unique. Si seulement nous pouvions y travailler dur un seul jour par an, puis ne plus nous en occuper jusqu’à l’année suivante !

    Cela ne peut pas se passer ainsi ! L’autonomie temporelle, la capacité de prendre soin de soi, de notre famille et des autres, est le travail de toute une vie. Cela requiert beaucoup de travail, de prière, d’étude et de méditation. Cela requiert de la détermination et surtout de la foi et de la maîtrise de soi.

    Dans cet article, je vais parler des finances personnelles, un des aspects de l’autonomie temporelle.

    On nous a enseigné ceci : « Si vous êtes préparés, vous ne craindrez pas[1]. » La foi vient en écoutant nos dirigeants et en ayant confiance en leur jugement inspiré. Leurs conseils sont, par exemple, d’éviter de s’endetter (ou de sortir rapidement de l’endettement) en vivant selon nos moyens et en payant la dîme et les offrandes de jeûne afin que le Seigneur puisse ouvrir pour nous les écluses des cieux[2].

    J’ai conseillé de nombreux membres qui avaient des difficultés financières. C’est un peu comme mettre en place un régime alimentaire. Les gens démarrent fort mais abandonnent si rapidement qu’en fait ils n’essayent pas vraiment. Peu d’entre eux ont mis en pratique les principes qui leur ont été enseignés suffisamment longtemps pour leur laisser le temps de s’avérer efficaces. « Tu nous as déclaré des choses dures, plus que nous n’en pouvons supporter[3]. »

    Parmi mes clients, il y avait une entreprise qui se portait à merveille, mais son directeur a décidé d’acheter, sans tenir compte de mes conseils, une BMW à 70 000 £. Après tout, tous ses voisins en conduisaient une ! Je lui ai dit qu’il prendrait très vite la voiture pour acquis et qu’il serait plus pauvre à cause de cet achat. Il m’a appelé peu de temps après.

     « Vous aviez raison Chris » m’a t-il dit, « c’est juste un morceau de métal et maintenant nous ne pouvons pas payer nos dettes du mois ».

    L’entreprise a fait faillite et le plus tragique est que tout cela aurait pu être évité.

    Nous voulons nous donner une image en achetant des choses en ayant à l’esprit la perception qu’ont les autres de nous !  J’appelle ça « acheter pour les autres ». La fierté, les problèmes d’égo, appelez ça comme vous voulez, peuvent avoir des conséquences tragiques.

    Comparez l’histoire ci-dessus avec celle de « Nick le radin » qui était venu du Portugal en Angleterre pour trouver du travail. Il avait un peu plus de vingt ans et était marié. J’ai monté le dossier pour son premier emprunt immobilier. Il travaillait dur mais était considéré par ses pairs comme un individu non généreux, un radin pour faire court. Il ne sortait jamais avec sa femme, ne l’emmenait pas en vacances ni ne lui offrait de cadeaux. Il travaillait sans relâche.

    En quelques années, il a remboursé son emprunt et a économisé suffisamment pour retourner au Portugal, construire une maison familiale et deux appartements qu’il a loués. Aux dernières nouvelles, Nick lançait une nouvelle entreprise. « Nick le radin » ne l’était pas ! Il avait une vision, il s’était fixé des objectifs et s’est sacrifié pour assurer la sécurité de sa famille. Il a seulement acheté ce dont il avait besoin ; ses envies ont dû attendre.

    Qu’en est-il de nous ? Achetons-nous « pour les autres » ? Ou sommes-nous assez patients pour attendre afin de ne pas nous endetter pour autre chose que l’essentiel : l’instruction, un foyer et une voiture simple. Choses que nous pouvons rembourser rapidement. Nous devons payer la dîme et les offrandes de jeûne.  Je vous témoigne que les bénédictions du Seigneur sont réelles et que nous prospérerons si nous sommes obéissants. Je sais par expérience que cela est vrai[4].

    Si nous avons un pied dans le monde des choses matérielles que nous ne pouvons pas nous offrir, retirerons-le rapidement. Les emprunts doivent se limiter aux choses essentielles, et ce, même si votre canapé a besoin d’être remplacé ! Décidez ce que vous voulez, fixez-vous des objectifs et faites des plans pour accomplir vos desseins en respectant un budget. Priez et travaillez sur ces points. Ce sont les ingrédients de la réussite !



    [1] D&A 38:30

    [2] Malachie 3:10

    [3] 1 Néphi 16:1