La bénédiction de la loi de la dîme

    Message des dirigeants de l'interrégion

    La veuve place son offrande dans le tronc
    Gary B. Sabin
    Gary B. Sabin Président de l’interrégion d’Europe

    Il y a de nombreuses années, lorsqu’il était président de pieu, Gordon B. Hinckley a eu un entretien avec un frère pour sa recommandation à l’usage du temple. Lorsqu'il lui a demandé s’il payait une dîme honnête, l'homme a sincèrement répondu qu’il ne le faisait pas parce qu’il avait trop de dettes. Le président Hinckley s’est senti poussé à lui dire qu’il ne pourrait pas rembourser ses dettes s’il ne payait pas la dîme.

    Plus tard, l’homme lui a raconté que dans les années qui ont suivi, malgré tous ses efforts, il n’est pas parvenu à réduire ses dettes. Finalement, sa femme et lui ont décidé de tester la promesse du Seigneur. L’homme a expliqué : « Curieusement, d’une façon que nous ne saisissons pas totalement, le Seigneur nous a bénis. Ce que nous lui avons donné ne nous a jamais manqué et, pour la première fois depuis de nombreuses années, notre dette a diminué. » Sa femme et lui ont finalement réussi à vivre selon leurs moyens et surtout, ils ont pu ressentir la paix découlant du fait qu’ils respectaient dignement leur engagement envers le Seigneur.[1]

    Lorsque j’étais nouvel évêque, j’ai également eu l’expérience de parler de la dîme à un membre. Un converti récent est venu me voir alors qu’il était confronté à un sérieux dilemme : il n’avait pas suffisamment d’argent pour payer ses impôts sur le revenu et sa dîme. Je lui ai simplement demandé : « Croyez-vous que l’Évangile est vrai ? » Il a répondu que oui et il en a rapidement conclu que l’expression de son témoignage était la réponse qu’il cherchait. Quelques semaines plus tard, il m’a de nouveau abordé pour me dire que son comptable avait fait une erreur dans la préparation de ses impôts en oubliant de tenir compte de l’étalement de ses revenus. Sa facture fiscale était réduite du montant même de la dîme qu’il avait payée. Je suis convaincu que la foi de ce frère remarquable a fait bouger les cieux pour donner à son comptable cette nouvelle idée, une illumination qui n’aurait pas pu se produire autrement. 

    Nous payons davantage la dîme avec la foi qu’avec de l’argent. Dieu est plus intéressé par notre obéissance et l’influence que cela a sur notre âme lorsque nous déclarons que nous payons une dîme honnête, que par la somme que nous donnons. Cela montre que nous faisons confiance à Dieu et à ses promesses. Nous ne pouvons pas être comme l’homme qui s’assied devant un feu et dit : « Donne-moi de la chaleur et je te donnerai du bois ». Moroni a enseigné : « Vous ne recevez de témoignage qu’après la mise à l’épreuve de votre foi[2]. »

    L’Évangile ne suit pas la logique humaine. En voici quelques exemples à méditer : « les derniers seront les premiers, et les premiers seront les derniers[3] », « les faibles confondront les sages[4] », « celui qui perdra sa vie à cause de moi la retrouvera[5] » et « il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir[6] ». C’est surtout avec la loi de la dîme que ce paradoxe spirituel est le plus flagrant parce que nous possédons véritablement davantage lorsque nous donnons plus. C’est parce que les voies de l’homme ne sont pas les voies de Dieu, et Dieu est à la barre.

    La dîme n’est jamais un fardeau mais plutôt une bénédiction car il vaut toujours mieux avoir Dieu à ses côtés que marcher seul. La dîme libère la confiance spirituelle qui donne lieu à une multitude d’autres bénédictions, comme la sensibilité spirituelle, la reconnaissance et la charité. En résumé, l’obéissance à la loi de la dîme nous donne la protection temporelle et la paix spirituelle tandis que notre assurance devient grande en la présence de Dieu[7].

    J’ajouterai également que, d’après mon expérience, le paiement d’une offrande de jeûne généreuse apporte également de merveilleuses bénédictions. Nous avons tout intérêt à être généreux dans nos efforts pour aider les personnes moins favorisées et le Seigneur sera généreux avec nous.      

    Dieu est désireux de nous aider dans tous les aspects de notre vie si nous obéissons à ses commandements, faisons preuve de foi et avons confiance dans ses bénédictions promises.

     


    [1] Gordon B. Hinckley, Ensign, mai 1982 

    [2] Éther 12:6

    [3] Matthieu 20:16

    [4] Voir Doctrine et Alliances 133:58

    [5] Matthieu 10:39

    [6] Actes 20:35

    [7] Voir Doctrine et Alliances 121:45